Quelle est l’opinion des Français quant à l’achat de crypto-monnaies ?

Publié le 10/11/2021 par Emilie Audubert

L’investissement dans l’achat de crypto-monnaies n’est pas une donnée inconnue du grand public, comme nous avons pu le découvrir lors du premier volet de notre étude consacrée à ce sujet. Une augmentation de l’utilisation des portefeuilles ou wallet, utilisés pour stocker cette monnaie numérique, reflète la demande croissante en matière de crypto-monnaies. Les adresses de portefeuilles Bitcoin, par exemple, ont ainsi doublé depuis 2018 pour atteindre 80 millions

Depuis le premier achat réalisé en Bitcoin en 2010, de nouvelles perspectives se sont ouvertes pour les utilisateurs de crypto-monnaies : ce sont en effet près de 2 7932 commerces (lien en anglais) dans le monde qui ont introduit cette option de paiement au sein de leur options existantes, permettant par exemple des achats immobiliers, ou encore l’acquisition de biens et de services du quotidien.

Mais si la popularité des crypto-monnaies progresse, des questionnements quant à
 la sécurité et la régulation de ces devises numériques restent des facteurs importants à considérer dans leurs processus d’adoption.

Pour quels types d’achats et de transactions les français font-ils confiance aux crypto-monnaies ? Quels sont les éléments qui constituent pour eux des bloqueurs significatifs à l’adoption de ces devises numériques ? Et quelles sont leurs attentes en matière de régulation ? Découvrez ici le résultat de l’enquête Capterra, dont la méthodologie détaillée est disponible à la fin de cet article.

Quels achats en crypto-monnaies les Français plébiscitent-ils?

L’année 2020 a vu l’émergence de nouvelles signatures de partenariat entre les entreprises et les acteurs du secteur des crypto-monnaies. A ce jour, plus de 30 grandes enseignes en France permettent l’achat de biens et services en échange de crypto-monnaies, telles que Shopify, et des boutiques en ligne comme celle du club sportif du Paris Saint-Germain. Cependant, ce type de paiement reste minoritaire parmi les modes de paiement proposés par la majorité des commerces physiques ou en ligne.

Lors de notre précédent article, et lorsque interrogés sur les freins à l’adoption des crypto-monnaies, 50 % des répondants avaient mentionné en premier lieu la difficulté de pouvoir régler leurs achats en devises numériques auprès des enseignes de leurs choix. Parmi leurs options de prédilection pour une utilisation potentielle ou déjà réalisée de crypto-monnaies, ils sont près de 56 % à souhaiter effectuer des achats de biens et services.

Utilisation et intention d’utilisation des crypto-monnaies par les français
Quand interrogés sur les secteurs d’activités qu’ils favoriseraient pour leurs achats, les répondants ont mis en avant les services de paiement (25 %), le secteur de la mode (19 %) mais aussi celui de la restauration (19 %). Cependant, l’utilisation des crypto-monnaies dans le cadre d’un investissement dans la formation et l’éducation présente pour les consommateurs un intérêt moindre (3 %).

Secteurs d’activités favorisés par les français pour les achats en crypto-monnaies.

Quelle confiance est accordée aux crypto-monnaies pour les transactions classiques ?

Si le système des crypto-monnaies se distingue de celui des banques, il est toutefois possible de réaliser certains types de transactions traditionnelles par ce biais : virements auprès d’un tiers, paiements en ligne, ou encore opérations de trading font partie des services proposés. Mais qu’en est-il de la confiance accordée aux crypto-monnaies pour ces opérations par rapport au modèle bancaire actuel ?

Parmi les répondants interrogés lors de notre enquête, ils sont 41 % à avoir une confiance modérée à forte lorsqu’il s’agit d’opérer des paiements en ligne sécurisés en crypto-monnaies, contre 35 % en ce qui concerne le même type d’opération via un modèle bancaire traditionnel.

Confiance des Français dans les paiements en ligne en crypto-monnaies comparée au système bancaire classique

Si une partie des consommateurs semble partagée quant à la confiance qu’elle donne aux crypto-monnaies pour des opérations de trading, 40 % ayant peu ou pas confiance dans les crypto-monnaies contre 44 % indiquant une confiance forte à modérée, une certaine défiance peut-être observée en ce qui concerne les banques. En effet, ils sont une majorité de 53 % à ne pas faire confiance à ces dernières pour ce type de transaction.

Confiance des Français pour le trading en crypto-monnaies comparée au système bancaire classique

Si le système bancaire semble conserver la faveur des consommateurs dès lors qu’il s’agit des opérations de virement bancaire national et à l’international, les crypto-monnaies recueillent également des scores de confiance équivalents. 

Aux questions, “Dans quelle mesure faites-vous confiance aux crypto-monnaies dans les scénarios suivants : Pour transférer de l’argent au niveau national ?” et “Dans quelle mesure faites-vous confiance aux banques avec le même scénario ?”, 48 % des consommateurs indiquent ne pas se fier aux crypto-monnaies pour leurs virements à l’étranger, quand 44 % se disent peu convaincus par les services du système bancaire.

Enfin, une même tendance est à observer pour ce qui est des virements au niveau national. “Dans quelle mesure faites-vous confiance aux crypto-monnaies dans les scénarios suivants : Pour transférer de l’argent au niveau national ?” et “Dans quelle mesure faites-vous confiance aux banques avec le même scénario ?”, 39 % des sondés indiquent n’accorder qu’une faible confiance, voire aucune confiance aux banques. Ils sont également 40 % à penser de même lorsqu’il s’agit des crypto-monnaies.

Quelles sont les craintes soulevées par les crypto-monnaies ?

De par le modèle alternatif qu’elles proposent, n’impliquant aucune régulation de la part d’une banque centrale ou d’une autorité gouvernementale, les crypto-monnaies posent le challenge de leur encadrement. Ainsi, des craintes liées aux financements d’activités illégales via le réseau du darknet ou darkweb, aux piratages informatiques, ou encore au risque d’atteinte à la souveraineté des monnaies locales ont été soulevées, selon notre étude.

Le risque d’activités illégales

Le risque de l’emploi de ces devises pour des activités illégales a donné lieu à différentes prises de positions de la part des organismes officiels : des pays tels que la Chine ont fait le choix d’interdire le minage, tandis que l’état français a émis en décembre 2020 une ordonnance visant à renforcer la lutte contre l’usage des actifs numériques à des fins de blanchiment et de financement du terrorisme. Une crainte qui semble également se refléter dans les préoccupations de la population.

A la question “Dans quelle mesure craignez-vous que les crypto-monnaies soient utilisées pour des activités illégales / criminelles ?”, plus de la moitié des répondants se disent assez (31 %) ou très (35 %) préoccupés par le sujet.

Préoccupation usage illégal des crypto-monnaies

À la question “Pensez-vous que le commerce des crypto-monnaies devrait être réglementé par l’État ou une autre institution ?”, ils sont 47 % à se déclarer en faveur d’une réglementation des crypto-monnaies par l’État ou une autre institution. Ceux qui y sont opposés forment 21 % des répondants, tandis que 31 % d’entre eux ne souhaitent pas se prononcer sur la question.

Le défi de sécurité des transactions

Pour assurer la sécurité de leur modèle, les crypto-monnaies se sont établies sur deux principes : la vérification et la validation des transactions visant à prévenir les fraudes, et la technologie de cryptographie, en tant que barrière de sécurité contre les attaques informatiques.

Toutefois, et en raison de ces mêmes principes, ces dernières peuvent être sujettes à des erreurs humaines, des problèmes techniques, ou encore des piratages informatiques. Le vol récent de 600 millions de dollars en crypto-monnaies (environ 517 millions d’euros) subi par la plateforme Poly Network, ou encore les problèmes techniques rencontrées par le Bitcoin lors de son adoption au Salvador présentent ainsi quelques exemples à grande échelle de cet aspect.

Quels sont les bloqueurs à l’utilisation des crypto-monnaies ?

Afin d’identifier ces obstacles, nous avons interrogé les répondants qui ne souhaitent pas investir dans les crypto-monnaies sur leurs raisons. Si, pour eux, le risque présenté par les problèmes de sécurité et de confidentialité figure dans les trois premières préoccupations avancées, cette raison ne retient que 23 % de leurs suffrages, contre 45 % mettant au premier plan le manque de connaissances liées aux crypto-monnaies. 


Pourquoi les français n’achètent-ils pas des crypto-monnaies ?
Lorsque nous avons demandé aux personnes interrogées qui n’avaient pas encore franchi le pas de l’achat de crypto-monnaies “Qu’est-ce qui vous retient encore ou pourquoi vous n’avez pas encore acheté de crypto-monnaies ?”, 37% ont mentionné le problème de la sécurité. Une majorité de 51% a indiqué, tout comme le groupe précédent, le manque de connaissances comme première cause de réserve. 

Les risques de volatilité des crypto-monnaies

L’une des craintes des institutions et du grand public quant aux crypto-monnaies repose sur la volatilité de ces actifs, et les risques que son modèle peut présenter en matière de stabilité économique. En effet, à l’opposé des monnaies fiduciaires, telles que l’euro ou le dollar, les crypto-monnaies sont régies selon la loi de l’offre et de la demande, la demande étant représentée par les utilisateurs de la devise. Ainsi, plus une crypto-monnaie sera populaire et accessible, plus elle pourra générer de demande, et donc de valeur.

Ce principe peut mener à d’importantes variations, pouvant apporter des bénéfices rapides, à l’exemple de ceux annoncés par l’entreprise Tesla. Cet aspect est considéré comme le plus attractif par notre panel : en effet, à la question “Dans quel but aimeriez-vous utiliser les crypto-monnaies / dans quel but les utilisez-vous”, il sont 45 % à répondre “Essayer de faire des bénéfices, même s’ils sont difficiles à prédire”.

Cependant, cette volatilité peut à l’inverse conduire à des pertes drastiques de valeur, comme en atteste l’exemple de Bitcoin dont le cours avait été divisé par deux (lien en anglais) entre avril et juin 202. Ces risques liés à la fluctuation font ainsi partie des freins considérés par les répondants intéressés par les crypto-monnaies, mais qui hésitent encore à se lancer dans leur utilisation. À la question “Qu’est-ce qui vous retient encore ou pourquoi n’avez-vous pas encore acheté de crypto-monnaies ?”, ils sont 49 % à mentionner “les risques liés à la fluctuation” comme bloqueurs.

Les MNCB sont-elles une réponse aux craintes des utilisateurs ?

Pour faire face à la problématique soulevée par la stabilité des crypto-monnaies, les institutions financières et gouvernementales se sont lancées dans une étude de Monnaie Numérique de Banque Centrale (MNBC), soit une réplique numérique de monnaies fiduciaires existantes, telles que l’euro. Si ce projet prévoit d’employer la technologie de cryptographie et de chaînes de bloc des crypto-monnaies, sa différence majeure repose sur la régulation de son système par une banque centrale.

À la question “Pensez-vous que l’utilisation d’une MNCB serait une bonne chose (pour vous ou pour l’économie en général) ?”, une majorité de 45 % s’est déclarée comme sans avis sur la question, quand ils sont 26 % à entrevoir les MNBC comme une option positive à considérer. Certains d’entre eux (29 %) ont cependant jugé que cette initiative pouvait laisser augurer des conséquences négatives. Parmi les craintes évoquées par ces derniers, figurent :

  • les problèmes de sécurité (25 %)
  • les problèmes liées au contrôle de l’état sur ces monnaies (21 %)
  • les problèmes de confidentialité (25 %)

En ce qui concerne leurs projections sur les cinq prochaines années, ils sont 16 % à considérer les MNCB comme monnaie idéale standard. Les monnaies fiduciaires semblent toutefois conserver les faveurs des français, 39 % projetant ces dernières en tant que choix numéro 1 de monnaie future standard.

Pourquoi les Français n’achètent-ils pas des crypto-monnaies ?

Quel futur pour les crypto-monnaies en France ?

Pour les consommateurs français, les crypto-monnaies semblent receler un certain potentiel pour divers domaines. Qu’il s’agisse de transactions traditionnellement associées aux secteurs bancaires, mais également dans le cadre d’achats en ligne, ces monnaies numériques paraissent attirer les faveurs de leurs premiers utilisateurs. Comprendre l’évolution de ces monnaies et monitorer les dernières tendances en la matière est essentiel pour toute PME souhaitant anticiper leur impact sur le comportement des consommateurs.

Toutefois, l’introduction de ces devises parmi les méthodes de paiement existantes reste une option à considérer avec précaution pour les entreprises. De par leur volatilité, mais aussi en raison de leur encadrement légal, les crypto-monnaies suscitent encore des craintes que les PME doivent prendre en compte avant toute prise de décision. 

Et maintenant ? Consultez notre catalogue de portefeuilles de crypto-monnaies pour trouver l’outil qu’il vous faut.

Méthodologie :

Pour collecter les données de ce rapport, nous avons mené une enquête en ligne en Septembre 2021, regroupant la participation de 955 répondants.

Les critères de sélection des participants étaient les suivants :

  • Résident français
  • Âgé de plus de 18 ans
  • Connaissent ou sont familiers avec les crypto-monnaies (les personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient au moins “un peu familières” avec les crypto-monnaies et qu’elles pouvaient définir ce qu’elles signifiaient en sélectionnant la bonne définition parmi un choix de trois réponses).

REMARQUE : cet article a pour but d’informer nos lecteurs des problématiques liées au monde de l’entreprise en France. Il n’est en aucun cas destiné à fournir des conseils juridiques ou à approuver un plan d’action spécifique. Pour obtenir des conseils sur une situation spécifique, consultez votre comptable ou votre conseiller financier.

Cet article peut faire référence à des produits, programmes ou services qui ne sont pas disponibles dans votre pays, ou qui peuvent être limités par les lois ou règlements de votre pays. Nous vous suggérons de consulter directement l'éditeur du logiciel pour obtenir des informations sur la disponibilité du produit et le respect des lois locales.

À propos de l'auteur

Content Analyst pour Capterra, à l'affût des dernières tendances technologiques et stratégiques pour les PME. Spécialisée en e-commerce, passionnée de podcast audio et des carlins.

Content Analyst pour Capterra, à l'affût des dernières tendances technologiques et stratégiques pour les PME. Spécialisée en e-commerce, passionnée de podcast audio et des carlins.