Technologies : dans quoi vont investir les PME en 2019 ?

Publié le 19/12/2018 par Sonia Mokrani

Technologies dans quoi investir les PME 2019

Commençons par une évidence : on ne crée pas une entreprise pour la mener à l’échec. Mais inutile de vous rebattre les oreilles de clichés, ils ne vous enseignent rien sur le développement de vos activités, le maintien votre compétitivité ni l’accroissement de vos bénéfices.

Ils ne disent rien non plus de la profitabilité, importante pour toutes les entreprises, mais particulièrement cruciale pour les plus petites structures. Une grande société qui dépense trop et génère moins de profit perd généralement de la valeur actionnariale. Pour une TPE ou une PME, en revanche, une perte de profitabilité a des conséquences plus directes et plus personnelles : diminution de la pension, manque de fonds pour financer les études des enfants, impossibilité de rembourser un crédit immobilier…

Lorsque vous êtes à la tête d’une petite entreprise, vous devez absolument allouer efficacement vos ressources pour faire évoluer votre activité, mais votre marge d’erreur est réduite. Vous ne pouvez pas vous permettre de faire le mauvais choix.

En général, les entrepreneurs ne pensent pas spontanément à investir dans des logiciels métiers. Pourtant, ces outils peuvent être essentiels pour rester compétitif sur un marché. Pour ne pas être à la traîne par rapport à vos concurrents, vous avez besoin de savoir ce que les TPE ou PME comme la vôtre achètent et dans quels types de solutions elles investissent.

Dans cet article, nous allons vous présenter les résultats intéressants d’une enquête récemment menée par Capterra auprès de 700 PME américaines. Nous nous sommes intéressés au budget prévisionnel des entreprises. Nous avons interrogé des chefs d’entreprise et des décisionnaires sur leurs intentions d’achat pour 2019 et 2020 et sur le budget qu’ils comptent consacrer à des logiciels métiers. Une tendance très claire se dégage de l’ensemble des réponses :

Quelle que soit leur taille (de 2 à 249 employés) et leur secteur d’activité, les PME investissent toutes prioritairement dans quatre types d’outils :

  • Finances et comptabilité
  • Cloud computing
  • Sécurité des données
  • Marketing digital

Même si les priorités peuvent changer d’une entreprise à l’autre, ces quatre catégories de logiciels sont en tête de liste chez tous les répondants. Toute PME qui souhaite rester compétitive devrait donc consacrer une partie de son budget prévisionnel à ces technologies.

Et bien que cette enquête ait été réalisée aux États-Unis, ses résultats et les tendances qu’elle dégage peuvent s’appliquer à la France.

Figure 1

Pour vous aider à faire votre choix et à déterminer à quels outils vous devriez consacrer votre budget, nous allons examiner en détail ces quatre technologies, de la moins importante à la plus importante, en mettant l’accent sur les dépenses et les tendances budgétaires selon les tailles des entreprises et leurs secteurs d’activité.

Technologie numéro 4 : le marketing digital, crucial pour l’acquisition de nouveaux clients

Chiffres clés

Les petites entreprises commencent à prendre conscience que toute activité commerciale est numérique. 45,1 % des répondants prévoient d’ailleurs d’investir dans des campagnes en ligne et des outils numériques dans les deux ans qui viennent (voir Figure 1).

La tendance croissante et irréversible des achats en ligne (personnels comme professionnels) a un impact non négligeable sur toutes les entreprises.

Presque n’importe quel processus d’achat commence sur Internet, au moins au stade de la découverte. Le ROPO (research online, purchase offline) est un comportement d’achat en voie de généralisation : 47 % des consommateurs font des recherches en ligne avant d’acheter en magasin.

À l’heure actuelle, si vous n’avez pas de site web ou de présence en ligne, vous êtes presque invisible aux yeux de vos clients potentiels. De plus, une expérience marquante en ligne peut faire la différence entre un client acquis et un prospect perdu.

Le marketing digital est donc particulièrement important pour les petites entreprises qui doivent faire face à des concurrents bien connus du public. Faire de l’e-marketing sur des plateformes clés attire l’attention de clients qui ne vous remarqueraient probablement pas de prime abord. De plus, une solide présence en ligne peut aider votre petite entreprise à se hisser au niveau des grandes sociétés en se forgeant une image fiable et en affichant ses compétences.

Figure 2

Chiffres clés

Selon notre étude, les fonds alloués au marketing digital sont liés à la taille des entreprises, ce qui indique que les PME consacrent un budget plus important au marketing numérique pour gagner des parts de marché ou qu’elles dépensent plus dans ce domaine à mesure qu’elles grandissent (voir Figure 2).

Figure 3

Chiffres clés

Les secteurs des médias et du commerce de détail rassemblent la plus grande proportion de TPE-PME investissant dans le marketing numérique, respectivement 60 % et 50 %. Sur les autres marchés, 40 à 50 % des entreprises investissent dans de type d’outils (voir Figure 3).

L’intention de consacrer une part de son budget au marketing digital est assez constante dans tous les secteurs et dans tous les types d’entreprises, mais les sommes réellement allouées à ce genre de logiciels varient fortement.

Figure 4

Chiffres clés

Il y a plus de 40 000 dollars d’écart entre les entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 5 millions de dollars et celles dont le CA se situe entre 50 et 100 millions de dollars (voir Figure 4).

On note aussi une variation significative des dépenses moyennes selon le secteur d’activité.

Figure 5

Chiffres clés

Assez peu de compagnies d’assurances (environ 40 %) prévoient d’investir dans le marketing digital, mais celles qui incluent cette dépense dans leur budget y consacrent en moyenne une somme plus importante que dans les autres secteurs : 45 000 dollars (voir Figure 5).

Recommandations

  • Si vous prévoyez de faire grandir votre petite entreprise, en particulier dans les secteurs des médias et de la vente au détail, consacrez une partie de votre budget au digital marketing pour rester au niveau de vos concurrents.
  • Si vous êtes à la tête d’une petite entreprise active sur l’un de ces marchés, prévoyez de consacrer entre 10 000 et 25 000 dollars au marketing numérique dans les 12 à 24 mois qui viennent.
  • Si vous dirigez une entreprise de taille moyenne dans ces secteurs, prévoyez de dépenser entre 35 000 et 45 000 dollars en e-marketing dans les 12 à 24 prochains mois.
  • Si vous êtes actif sur un autre marché (les assurances, en particulier), vous pourriez prendre le dessus sur vos concurrents en allouant 20 000 à 40 000 dollars aux outils de marketing en ligne.

Technologie numéro 3 : la sécurité des données, une tendance qui se généralise

Chiffres clés

Plus de 47 % de nos répondants prévoient d’investir dans les technologies de protection des données (voir Figure 2), ce qui hisse la sécurité des données sur la troisième marche du podium.

C’est une bonne nouvelle, parce que les réglementations gouvernementales et les lois sur la protection des données et sur la vie privée s’appliquent aux petites sociétés comme aux mastodontes.

Il faut croire que la presse a suffisamment couvert le Règlement général sur la protection des données (RGPD) pour que 61 % des entreprises attribuent aux logiciels de sécurité des informations la première place dans leurs intentions d’achat.

Le piratage peut toucher tous les types d’entreprises. Alors que le gouvernement veut sensibiliser les PME au risque de cyberattaque, nos résultats indiquent que les dirigeants des petites sociétés sont déjà conscients de l’importance de la protection des données.

Figure 6

Chiffres clés

La prévalence dans certains marchés vaut la peine d’être soulignée : d’après notre enquête, dans tous les secteurs sauf un, plus de 40 % des entreprises prévoient d’investir dans la sécurisation des données (voir Figure 6).

Le budget moyen consacré à la protection des données semble varier selon la taille des entreprises. Comme on peut s’y attendre, les grandes entreprises, qui gèrent plus de données, de clients et d’employés, ont besoin de davantage de licences logicielles et de fonctionnalités plus avancées.

Pour mettre ces chiffres en perspective, le budget moyen le plus élevé prévu pour la protection des informations s’élève à 34 000 dollars, un coût inférieur à l’estimation du budget nécessaire pour se remettre d’une cyberattaque, généralement autour des 100 000 dollars.

Figure 7

Chiffres clés

Les organisations gouvernementales et les structures associées sont les plus nombreuses à consacrer une partie de leur budget à la sécurité des informations. Elles dépensent en moyenne 49 000 dollars dans ce domaine (voir Figure 7).

Recommandations

  • Si vous êtes une agence gouvernementale ou si vous travaillez en étroite collaboration avec une institution de ce type, prévoyez entre 40 000 et 50 000 dollars pour assurer la sécurité de vos données et rester au niveau de vos concurrents dans les 12 à 24 mois qui viennent.
  • Si vous êtes actif dans le secteur de l’enseignement, tablez sur 40 000 dollars pour rester à jour.
  • Si vous travaillez dans un autre secteur, vous pourriez prendre l’avantage sur vos concurrents en dépensant 30 000 à 40 000 dollars pour la sécurisation de vos informations.
  • Dans le commerce de détail, la construction, les soins de santé et la vente en gros, 20 000 dollars devraient suffire.

Technologie numéro 2 : le cloud computing, un atout pour les petites entreprises

Le cloud computing (services à la demande par Internet) s’adapte très bien aux PME. Il leur permet de s’équiper de logiciels dont la puissance de calcul est comparable à celle des outils utilisés par Amazon, Google ou Microsoft. Investissement en capital nul, tarification évolutive et implémentation physique inexistante en sont les principaux avantages.

Grâce au SaaS, les petites entreprises peuvent accéder à des logiciels métiers et à une technologie de stockage de l’information robustes sans devoir investir dans une infrastructure coûteuse.

L’investissement nécessaire pour bénéficier d’une infrastructure propre était autrefois un obstacle insurmontable pour les petites entreprises. Aujourd’hui, elles peuvent être au même niveau que les plus grandes grâce à l’accès aux outils dans le cloud.

Chiffres clés

Les outils cloud occupent la deuxième place des technologies : 47,8 % des entreprises prévoient des dépenses dans ce type de solution (voir Figure 1).

Près de 50 % des entreprises dont le CA se situe entre 5 et 100 millions de dollars prévoient d’investir dans le cloud computing. Celles générant moins de 5 millions de dollars ne sont que 33,4 % à prévoir cet investissement (voir Figure 2).

Cependant, les chiffres réels pourraient être plus élevés, car nos résultats indiquent que de nombreuses PME achètent des logiciels de cette catégorie sans savoir qu’ils fonctionnent en cloud. C’est un des charmes des outils cloud : ne pas avoir à se soucier des spécifications techniques !

Figure 8

Chiffres clés

Entre 45 et 55 % des répondants issus de presque tous les secteurs comptent investir dans le cloud computing (voir Figure 8).

Les sommes prévues sont comparables d’un type d’entreprise à l’autre et d’un secteur à l’autre, mais les budgets réellement alloués sont très variables. Les plus petites entreprises travaillent avec des budgets réduits qui croissent presque linéairement selon la croissance de l’entreprise.

Figure 9

Chiffres clés

Les compagnies d’assurances, les sociétés de transport et les organisations gouvernementales prévoient de consacrer en moyenne 40 000 dollars aux technologies cloud (voir Figure 9).

Recommandations

  • Pour rester concurrentielles, les PME de tous les secteurs devraient étudier la valeur potentielle du cloud computing dans leurs activités.
  • Si vous êtes actif dans les domaines de l’assurance ou des transports, prévoyez de dépenser 40 000 à 50 000 dollars pour ce type de logiciel dans les 12 à 24 prochains mois.
  • Dans les secteurs des services, de la communication, de l’industrie, de la santé, des banques et de l’enseignement, tablez sur 30 000 à 40 000 dollars.

Technologie numéro 1 : les logiciels de finance et de comptabilité, toujours incontournables

Chiffres clés

Les logiciels de comptabilité et de gestion des finances occupent la première place dans les résultats notre enquête. 53,6 % des répondants prévoient d’investir dans ces technologies (voir Figure 1).

Si vous avez lancé votre propre activité, c’est probablement pour apporter de la valeur à vos clients, pas pour passer vos journées à jongler avec des chiffres. Pourtant, pour faire tourner votre affaire, vous devez gérer le volet financier.

Toutes les PME qui réussissent excellent en comptabilité. Or, rares sont les personnes qui ont un sens inné de la comptabilité. Nous avons pratiquement tous besoin d’aide dans ce domaine. Comptes débiteurs, comptes créditeurs, taxes sur le chiffre d’affaires, impôts sur le revenu, rapports, audits… Le niveau de complexité des activités comptables est suffisant pour faire capoter vos projets en cas de mauvaise gestion.

Les logiciels de comptabilité ne vous permettent pas seulement d’être plus efficace, ils assurent une certaine sécurité à votre entreprise.

Si vous ne pouvez investir que dans un type d’outil dans les deux prochaines années, consacrez votre budget à un logiciel de comptabilité et de gestion financière. Selon notre enquête, les PME savent que ces aspects sont essentiels à la bonne gestion d’une entreprise (voir Figure 10).

Figure 10

Chiffres clés

Plus de 60 % des institutions bancaires et des sociétés actives dans le domaine de la construction comptent investir dans un logiciel de comptabilité (voir Figure 10).

Les sommes prévues varient fortement d’un secteur à l’autre, et le budget moyen par secteur n’est pas clairement lié au pourcentage de répondants prêts à investir. Par exemple, de nombreuses entreprises issues des secteurs de la construction et des services prévoient des dépenses dans le domaine, mais leurs prévisions sont plutôt basses (entre 27 310  et 25 820 dollars).

Figure 11

 

Chiffres clés

C’est dans le transport et le commerce en gros qu’on compte dépenser le plus pour des logiciels de comptabilité, respectivement 56 330 dollars et 53 850 dollars (voir Figure 11).

Recommandations

  • Les logiciels de comptabilité et de gestion financière sont une technologie de base pour les entreprises de toutes tailles et devraient être les premières à faire l’objet d’investissements.
  • Pour rester au niveau de leurs concurrents, les entreprises actives dans les domaines du transport et de la vente en gros devraient prévoir d’y consacrer 50 000 à 55 000 dollars durant les 12 à 24 mois qui viennent.
  • Dans les secteurs des médias, de la gestion gouvernementale, de l’industrie, de la banque et de la vente au détail, un budget de 30 000 à 40 000 dollars devrait suffire pour les 12 à 24 prochains mois.
  • Les autres entreprises devraient prévoir d’allouer 10 000 à 30 000 dollars à un logiciel de finances et de comptabilité pour rester au niveau de leurs concurrentes.
  • Si vous ne savez pas quel outil choisir, consultez notre analyse des logiciels de comptabilité en fonction de la taille des entreprises.
  • Apprenez de vos concurrents

Nous avons mentionné énormément de chiffres dans cet article.

Mais pourquoi analyser les prévisions en investissement technologique des  PME ? Parce qu’à l’heure actuelle, la technologie est essentielle à la réussite des entreprises.

Or, il n’est pas toujours facile de prendre les bonnes décisions quand on travaille avec un budget serré. Il faut s’équiper de bons outils, mais pas prendre des décisions inconsidérées. En vous informant sur les investissements prévus par des entreprises comparables à la vôtre vous pouvez faire des choix plus éclairés.

Vous voulez aller plus loin et savoir quels logiciels spécifiques vos concurrents achètent ? Découvrez-le grâce aux avis utilisateurs accessibles dans les répertoires Capterra :

En cliquant sur le nom d’un éditeur de logiciel, vous accédez à des commentaires qui vous donnent de précieux renseignements sur les besoins et les attentes de vos concurrents et vous pouvez même voir la taille de l’entreprise de chaque utilisateur qui partage son avis.

 


Méthodologie de l’enquête

Capterra a mené cette enquête en juin et juillet 2018 auprès de 715 PME installées aux États-Unis employant plus d’une personne et dont le CA annuel ne dépassait pas 100 millions de dollars à l’exclusion des sociétés à but non lucratif. Les répondants étaient des chefs d’entreprise ou des décisionnaires en matière d’achats technologiques.

En raison de la taille réduite des échantillons, les informations récoltées dans les secteurs des communications, de l’enseignement, du commerce de gros, de l’assurance et des transports n’ont pas de valeur statistique et sont donc purement indicatives.