Quelles alternatives à Photoshop ?

Publié le 18/12/2018 par Sonia Mokrani et Tirena Dingeldein

Quelles alternatives à Photoshop

Adobe Photoshop est considéré comme le nec plus ultra dans le domaine du traitement d’images. Toutefois, malgré les nombreux avantages qu’il présente face à la concurrence, le leader mondial sur le marché présente également un point faible : son prix.

Un abonnement à la formule Creative Cloud pour un utilisateur indépendant coûte 23,99 € par mois (en souscrivant à un abonnement annuel). Pour les équipes et les PME, le prix mensuel par utilisateur s’élève à 29,99 € (toujours si un abonnement annuel est souscrit ; ce prix inclut toutefois le support technique et la gestion centralisée des licences supplémentaires). Et ce n’est pas fini : si vous voulez compléter votre logiciel par la formule Adobe Stock, qui permet d’avoir accès à des millions de photos, de graphiques et de vidéos, l’achat de dix fichiers standard revient à 29,99 € par mois.

Le prix global n’est donc pas à la portée de tout le monde. Bien sûr, il existe des dizaines d’autres logiciels de graphic design, mais quelles sont les véritables alternatives à Photoshop ? Dans cet article, nous allons vous présenter 4 alternatives, dont 3 qui sont gratuites.

Trois alternatives gratuites à Photoshop

Nous avons testé différentes applications de création d’images gratuites pour vous. Voici nos trois favorites: Pixlr Editor, Gimp et Krita.

Pixlr Editor

Pixlr Editor

La première chose qui interpelle dans Pixlr Editor, c’est que son interface utilisateur ressemble beaucoup à celle de Photoshop : certaines fonctionnalités, par exemple, se trouvent aux mêmes endroits, et les symboles et raccourcis clavier sont similaires. En ce sens, il est facile de se familiariser avec l’outil et de se mettre rapidement au travail. En outre, il est possible de télécharger des images ou d’en intégrer à un projet à partir d’une adresse URL, fonction plutôt intéressante.

Mais la gamme de fonctionnalités que propose la version gratuite de Pixlr Editor est assez limitée, notamment sur les effets de calque, l’outil de pinceau et les polices. La galerie de filtres ne permet qu’un traitement d’images basique (par exemple, l’ajout de vignettes ou l’application de filtres couleurs). Il faut donc plutôt considérer Pixlr Editor comme un éditeur que comme un créateur d’images.

Néanmoins, la version pro de Pixlr pourrait bien devenir un concurrent sérieux de Photoshop : selon la vidéo promotionnelle du produit, Pixlr Pro présente davantage de filtres, d’outils vectoriels et d’instruments comme le correcteur de tons, un outil de traitement avancé.

Enfin, outre Pixlr Editor, Pixlr propose également des applications gratuites pour les appareils Android et iOS. Ils vous permettent d’exécuter toute une série de retouches depuis votre smartphone ou votre tablette. Les formats d’images les plus répandus (tels que JPEG, GIF et PNG) sont pris en charge. Vous pouvez même y ouvrir des fichiers PSD (attention, certains fichiers plus lourds et plus complexes peuvent toutefois poser problème).

Gimp

Gimp

Nous avons testé la version Desktop pour Mac; le logiciel est téléchargeable gratuitement. L’interface utilisateur de Gimp se différencie énormément de celle de Photoshop. Gimp utilise ses propres icônes et raccourcis ainsi que son propre layout, ce qui fait que le temps d’adaptation à l’outil est nettement plus long qu’avec Pixlr. De plus, il manque certaines fonctionnalités que l’on retrouve habituellement dans les logiciels de traitement d’images, tel que l’outil curseur pour sélectionner facilement des éléments ou encore le déplacement des éléments à l’aide des touches fléchées. L’interface utilisateur n’est en général pas très intuitive.

Mais le logiciel a bien des avantages. Sur Gimp, la retouche se fait rapidement et sans difficulté. L’application de filtre ou de transformation est très rapide, même sur un fichier image lourd. En outre, il offre une série de fonctionnalités assez uniques comme la Baguette magique, qui utilise une méthode de sélection Seuil très intuitive, ou encore la brosse Historique, qui sélectionne des informations provenant d’une version déformée de l’image.

En outre, le logiciel est disponible dans presque vingt langues. Il est compatible avec les systèmes d’exploitation Linux, Mac et Windows, et il reconnaît presque tous les formats de fichiers, y compris GIF, JPEG, PNG et TIFF. Il prend également en charge les fichiers PSD, bien qu’il se peut que tous les calques ne soient pas lisibles. Sur sa page web, Gimp propose même plusieurs tutoriels détaillés pour utilisateurs débutants et confirmés.

Le logiciel a été mis à jour au printemps 2018 et le résultat ne peut que forcer notre admiration : le programme propose désormais de nombreuses fonctionnalités classiques de traitement d’images et son interface est plus ordonnée. De plus, vous pouvez élargir sa gamme de fonctionnalités (notamment pour le développement RAW) en installant des plugins gratuits et disponibles en ligne. Résultat des courses : depuis sa mise à jour, Gimp a gagné beaucoup de terrain. Les utilisateurs individuels se tourneront volontiers vers ce logiciel gratuit.

Krita

Krita

L’interface utilisateur de Krita ressemble beaucoup à celle de Photoshop. Il est donc très facile de s’y familiariser. Le logiciel propose en outre des outils performants et diversifiés : pinceau, sélection, mode masque… Il dispose également d’une fonction de modification non destructrice, permettant de faire des retouches simples lorsqu’une image est retravaillée. Comparé aux autres logiciels, Krita offre peu d’options de traitement de photos. Toutefois, il dispose des réglages de base tels que les calques, les courbes et la correction des couleurs. Il s’adresse particulièrement aux designers graphiques et numériques, mais un utilisateur moyen de Photoshop (comme le responsable marketing qui conçoit ses propres graphiques) y trouvera aussi son compte.

La communauté de Krita est en outre très active et propose même une initiation à l’outil destinée aux utilisateurs de Photoshop. Qui plus est, les utilisateurs peuvent contribuer activement à la prise de décision concernant les futures fonctionnalités développées. Le logiciel est disponible dans plusieurs langues et est compatible avec Linux, MacOS et Windows.

Point fort à souligner : Krita fonctionne parfaitement bien sur les tablettes graphiques. Si l’utilisateur sélectionne un pinceau et le fait glisser de gauche à droite en appliquant une pression de plus en plus forte sur l’écran, le résultat est très réussi. Il ressemblera davantage à un dessin réel que ce que l’on obtiendrait sur Photoshop.

Affinity Photo : une autre alternative à Photoshop

Affinity Photo

Outre les logiciels gratuits, nous avons testé une quatrième alternative qui nous a semblé
intéressante : Affinity Photo de Serif. Elle concurrence réellement Adobe Photoshop CC, surtout en termes de rapport qualité-prix : on s’en sort ici pour un total d’
environ 55 €. Tout utilisateur souhaitant se consacrer entièrement au traitement d‘une image du début à la fin de sa conception ne devrait manquer d’aucune fonctionnalité avec Affinity Photo. Optimisation, retouche, correction, calques, masques… tout y est !

En outre, la configuration d’Affinity Photo est tellement semblable à celle d’Adobe Photoshop que le passage de l’un à l’autre ne devrait poser aucun problème aux habitués de Photoshop. Toutefois, Affinity Photo reste limité sur certaines fonctionnalités. Les personnes qui privilégient par exemple la création de graphiques en 3D, le montage vidéo élémentaire et le lien direct avec un service cloud s’y retrouveront mieux avec Adobe Photoshop.

Astuce : utiliser Photoshop tout en faisant des économies

Ceux qui redoutent le passage à un autre logiciel devraient se tourner vers le “petit Photoshop” : Adobe Photoshop Elements, un logiciel de retouche complet qui, pour moins de 100 € la licence complète, offre de nombreuses fonctionnalités présentes dans la version la plus connue. Toutefois, Adobe Photoshop Elements ne dispose pas d‘outils de création de graphiques en 3D, de montage vidéo élémentaire, ni de lien direct avec un service cloud. L’ensemble des outils vectoriels professionnels de l’outil crayon et les modes colorimétriques CMJN et RVB ne sont eux non plus pas disponibles, ce qui peut être un problème au moment d’imprimer. Mais dans la mesure où de nombreux utilisateurs du logiciel n’ont pas du tout recours à ces fonctionnalités, Adobe Photoshop Elements peut être une alternative très valide pour un bon rapport qualité-prix.

Quoi qu’il en soit, dans un cas comme dans l’autre, il ne coûte rien de tester ces outils. D’autant que les versions d’essai d’Affinity Photo et d’Adobe Photoshop Elements proposent l’ensemble des fonctionnalités présentes dans leurs versions complètes. Alors, à vos crayons numériques !

Cet article peut faire référence à des produits, programmes ou services qui ne sont pas disponibles dans votre pays, ou qui peuvent être limités par les lois ou règlements de votre pays. Nous vous suggérons de consulter directement l'éditeur du logiciel pour obtenir des informations sur la disponibilité du produit et le respect des lois locales.