10 erreurs SEO fréquentes et comment les résoudre

Publié le 27/11/2019 par Maxime Ben Bouaziz

erreurs SEO les plus courantes

La maturité des entreprises en matière de référencement naturel est très variable. Si certains secteurs ont internalisé des équipes entières d’experts SEO pour faire face à une concurrence féroce sur leur marché, d’autres en sont encore à se demander s’il est pertinent de bloquer un budget pour cet enjeu crucial du marketing digital. Conséquence directe ? Les erreurs SEO sont fréquentes sur les sites web et il est parfois simple d’améliorer son référencement naturel en corrigeant quelques éléments. Voici un tour de table des erreurs les plus fréquentes : erreurs techniques, erreurs de contenu et enfin erreurs relatives à la popularité.

Les erreurs techniques majeures qui gênent le référencement naturel

À la croisée entre l’expérience utilisateur et le référencement naturel, les critères techniques de votre site Internet sont des éléments cruciaux à prendre en compte. De plus en plus mis en avant par les moteurs de recherche, Google en tête, vous ne pouvez plus vous permettre de les ignorer. Nous vous présentons ici trois piliers dont vérifier la solidité.

Erreur SEO n° 1 : ne pas optimiser le temps de chargement de ses pages

Dernièrement, le temps de chargement des pages est devenu le fer de lance du SEO technique. Mis en avant par Google, qui souhaite avant tout offrir une expérience utilisateur de bon niveau, le moteur de recherche l’intègre maintenant dans son algorithme. Vous devrez donc régulièrement vérifier votre site et vos pages de façon individuelle.

Trois éléments cruciaux sont à prendre en compte pour un référencement naturel optimal :

  1. Le poids des images : il s’agit d’un critère majeur pour la vitesse d’un site. Le poids des images peut représenter jusqu’à 50 % du poids de votre site : il est nécessaire de les optimiser. Pour cela, vous pouvez utiliser des logiciels SaaS comme TinyPNG ou encore Imagify qui propose des services freemium pour retravailler vos images pour le web. Sinon, Photoshop est une solution efficace mais qui demande certaines notions afin de pouvoir s’en servir.
  2. La politique de cache : le cache est un système de mémoire temporaire. Lorsqu’un utilisateur vient sur votre site, une version de la page est enregistrée pour la présenter plus rapidement lors des visites suivantes. Cet aspect technique peut s’avérer complexe à mettre en place soi-même. Mais si votre site est sous WordPress, vous aurez la chance de pouvoir utiliser le poids lourd de cette catégorie, à savoir le plugin WP Rocket.
  3. La performance de l’hébergement : un hébergement de qualité proposant de bonnes performances techniques est l’une des clés d’un site performant. Il permet de limiter les temps de réponse serveur et donc de gagner en temps de chargement. Certains hébergeurs spécialisés proposent même un package prenant en compte l’optimisation des images ainsi que la gestion du cache. On peut notamment citer l’hébergeur WP Serveur spécialement conçu pour WordPress.
Conseil : veillez à auditer régulièrement le temps de chargement des pages de votre site (et pas uniquement celui de la page d’accueil). Pour cela, référez-vous à votre compte Google Analytics ou à l’outil en ligne PageSpeed Insights de Google.

Erreur SEO n° 2 : oublier de rediriger les pages 404 et laisser des liens cassés

Pages 404 et liens cassés vont de pair. Même si la logique n’est pas tout à fait la même, nous allons vous présenter ces deux erreurs techniques classiques en détails pour vous aider à les résoudre.

Lorsque vous changez d’URL ou supprimez une page, cela crée une erreur 404. Pourquoi ? Car la page était indexée dans les moteurs de recherche et qu’elle le sera toujours après votre suppression. De fait, un internaute qui clique sur l’annonce dans le moteur de recherche arrivera sur votre page 404. Bien entendu, il y a fort à parier qu’il va quitter votre site pour retourner à sa recherche Google. C’est pourquoi il est nécessaire de réaliser une redirection à chaque fois que vous modifiez une URL ou que vous supprimez une page. Dans le cadre d’une refonte de site Internet, il faudra aller encore plus loin en créant un tableau de redirection qui vous permettra de ne pas perdre l’historique de vos pages.

L’autre élément perturbateur est le lien cassé. Il s’agit simplement de liens (internes ou externes) dans vos contenus qui ne mènent désormais nulle part. Page supprimée, site n’existant plus… Les raisons peuvent être nombreuses. Vous devez y faire attention car les liens sont des passerelles pour les robots Google. Si ceux-ci sont cassés, les robots ne peuvent plus naviguer correctement de lien en lien et cela pénalise votre site.

Conseil : Google propose un outil pour webmaster, Google Search Console, qui donne de nombreuses indications et vous permettra d’analyser vos pages et ainsi mettre en place vos redirections.

Erreur SEO n° 3 : un fort volume de contenu dupliqué

Google privilégie la pertinence dans votre contenu et donc la présence d’éléments inédits. Pourtant, un site peut avoir un volume de contenu dupliqué important.

Ce dernier se présente sous deux formes :

  • Le contenu dupliqué venant d’un autre site : vous avez par exemple copié-collé la description d’un produit que vous revendez.
  • Le contenu dupliqué entre vos propres pages : vous proposez des pages similaires avec un attribut de produit qui change. Par exemple, un polo avec 10 couleurs différentes. Hormis la couleur, toute la description sera identique sur chacune des pages.

Le premier cas est à éviter impérativement. Il est très fortement pénalisé par Google. La logique est assez simple, si vous proposez un contenu déjà présent sur le web sans apporter de plus-value, alors votre page n’a pas d’intérêt majeur pour les utilisateurs et google ne la mettra donc pas en avant.

Le second est parfois inévitable dans une moindre mesure mais doit rester modéré. Sur une page, vous devez avoir une forte proportion de contenu unique. Pour cause, vos pages ne sont pas censées parler de la même chose. Dans le cas des pages produits en e-commerce, vous pouvez définir des URL canoniques. Il s’agit d’une méthode permettant de présenter aux moteurs de recherche une URL “mère” pour qu’ils puissent comprendre qu’il ne s’agit pas de contenus dupliqués.

Conseil : qui dit nouvelle page, dit création de contenu inédit. Cela doit devenir un réflexe.

Les erreurs SEO de contenu

Les erreurs liées au contenu ont-elles aussi de très lourdes conséquences en termes de SEO. Elles proviennent tantôt de la volonté des éditeurs de site à aller vite, ce qui les amène à négliger la création de contenu pertinent, tantôt du souhait de produire des sites où l’image prédomine et où les contenus textuels sont rares. Dommage car, depuis des années, et pour encore longtemps en référencement naturel, le contenu est roi.

Erreur SEO n° 4 : confondre architecture SEO et arborescence de site web

Entre la technique et la sémantique, voici l’une des erreurs les plus complexes du référencement naturel et aussi des plus importantes : l’erreur d’architecture SEO. Elle se définit par la structure des URL de votre site web, de la page d’accueil à vos pages profondes. L’objectif de la travailler est de permettre de créer des cocons sémantiques autour d’une partie de votre site.

Prenons l’exemple classique d’un site e-commerce non optimisé dans le textile et comparons-le à un site optimisé  :

Page catégorie pour les jeans : monsite.fr/product-category/jean/monsite.fr/jean/
Page produit pour un jean précis : monsite.fr/produit/nom-du-produit/monsite.fr/jean/nom-du-produit

Dans la seconde version, tous les “jeans”, par exemple, se retrouveront dans la même catégorie. Idéal pour donner du poids sur l’ensemble de cette catégorie.

Là où la logique devient plus complexe, c’est lorsque vous avez des centaines, voire des milliers d’URL à traiter. Vous devrez alors faire des choix parfois difficiles. Il faut savoir qu’en fonction du CMS utilisé pour votre site, les possibilités ne sont pas toujours les mêmes. Pour couronner le tout, il ne faut pas confondre architecture SEO (orientée moteur de recherche) et arborescence de site (menu de navigation).

On pourra par exemple retrouver des éléments dans l’arborescence qui sont totalement différents dans l’architecture. Ce n’est pas parce que j’ai “prestations” en menu et “seo” en sous-menu que ma page aura forcément comme adresse monsite/prestation/seo. Cela pourra être totalement différent selon la stratégie adoptée.

Pour creuser ce sujet, je vous renvoie vers cet article expliquant les différences entre architecture SEO et arborescence de site web. Grâce à ses exemples concrets, il vous aidera à mieux comprendre de telles notions.

Conseil : attention, cette logique est complexe à mettre en place et demande une analyse sémantique importante ainsi que les compétences informatiques nécessaires à la mise  en place d’un plan de redirection 301. Il est déconseillé de réaliser son architecture SEO sans être accompagné par une agence ou un freelance SEO.

Erreur SEO n° 5 : ne pas répondre aux problématiques utilisateur

Le contenu de votre site doit répondre aux interrogations de vos clients potentiels et ne doit pas se contenter d’expliquer ce que sont vos produits ou services. C’est un conseil qui permet d’améliorer l’expérience utilisateur et qui s’applique également en SEO. Ne pas traiter les problématiques de vos cibles, c’est ne pas se positionner sur des requêtes et donc ne pas être présent sur les recherches Google de vos prospects. Plus encore, cela peut donner un sentiment de frustration pour un internaute qui arriverait sur votre page mais ne trouverait pas les réponses à ses questions.

Conseil : élaborez des personas marketing, interrogez vos client et commerciaux, construisez le contenu de votre site en fonction de leurs retours. Pour chacune de vos pages, mettez-vous à la place de l’internaute afin de répondre à tous ses besoins.

Erreur SEO n° 6 : manquer de contenu sur ses pages 

Google a toujours préconisé un contenu de minimum 300 mots pour chacune des pages. C’est la matière minimale qui lui est nécessaire pour estimer si elles présentent bel et bien un intérêt pour les utilisateurs et donc un intérêt à être positionnées.

Si cette valeur minimale est déjà très faible et ne permettra que très rarement de se positionner dans les premières pages du moteur de recherche, certains sites proposent parfois des pages ne comportant même pas une centaine de mots ! C’est bien souvent le résultat d’une volonté d’axer le contenu des sites sur l’image et le minimalisme. Il faut alors trouver un juste milieu qui vous permettra à la fois d’avoir un site web esthétique et SEO-friendly.

Conseil : gardez en tête que, pour des requêtes concurrentielles, vos pages devront proposer beaucoup de contenu. Outre la notion de volume, il y a aussi une notion de qualité à respecter. Vous ne pouvez pas traiter correctement un sujet sans proposer un minimum de contenu.

Erreur SEO n° 7 : la balise title non optimisée

Élément essentiel de votre référencement naturel, la balise title correspond tout simplement au titre de votre page présent sur le moteur de recherche. C’est un des éléments les plus importants pour le référencement naturel puisqu’il a une double utilité :

  • Placer les mots-clefs ou l’expression sur laquelle vous souhaitez vous positionner.
  • Inciter les internautes qui voient votre page dans les résultats de recherche à cliquer.

De nombreux sites ont des balises titles ne correspondant à aucun de ces deux critères. Pourtant, l’optimisation de ces balises peut avoir un impact majeur. 

Conseil : en SEO, optimiser ses balises titles et métadescriptions est l’un des premiers efforts à faire pour attirer un trafic qualifié. Vous allez donc devoir vérifier régulièrement vos balises titles.

La popularité, un impact majeur

Les moteurs de recherche, Google en tête, se sont construits en proposant les contenus les plus pertinents à leurs internautes. Pour savoir quels contenus sont les plus adaptés à une demande, Google se sert de la notion de popularité. Un site (ou une page) “populaire” très cité et mis en avant est naturellement plus poussé qu’un site qui n’est jamais mentionné. Il est donc nécessaire dans une stratégie SEO de prendre en compte  la popularité, de l’entretenir et de la faire croître autant que possible.

Erreur SEO n° 8 : ne pas travailler son autorité de site web

Si l’on se focalise souvent sur le contenu pour travailler son référencement naturel, l’autorité n’est pas un point à négliger. Le SEO repose en effet sur trois grands axes : le contenu, la technique et l’autorité.

Cette dernière correspond au nombre et à la qualité de liens pointant vers votre site. Chaque site possède une autorité plus ou moins forte en fonction de ces critères :

  • le nombre de domaines (c’est-à-dire de sites) référents qu’il possède,
  • l’autorité de ses domaines référents,
  • la thématique dans lesquels ces domaines sont crédibles.

On parle de Trust Flow et Citation Flow.

Il sera par exemple parfaitement pertinent de recevoir un lien de l’office de tourisme de la Réunion si vous êtes une compagnie aérienne proposant des séjours vers cette destination. A contrario, il est peu probable ou pertinent que votre site sur la mécanique reçoive des liens d’un blog juridique.

Des logiciels comme SEMRush ou encore Majestic SEO vous permettent justement de connaître les metrics de chaque site pour savoir quels sont les emplacements pertinents ou non pour aller chercher des liens.

Conseil : pour développer l’autorité de votre site, les stratégies sont nombreuses. Vous pourrez par exemple rédiger des contenus de blog très qualitatifs pour inciter des sites web à citer vos articles. D’autres préfèreront aller chercher des liens sur des sites d’autorité aux thématiques similaires aux vôtres en proposant des contenus.

Erreur SEO n° 9 : avoir un maillage interne non pertinent

Le maillage interne de votre site web est un élément très important pour votre SEO. Concrètement, il va vous servir à créer des ponts entre vos pages et transférer l’autorité de ces dernières au sein de votre site. Une page ne devrait jamais être une impasse et il est donc pertinent de renvoyer vers des services complémentaires, des sous-pages de précisions, des articles traitant des thématiques connexes au contenu par exemple.

Il faut donc créer des liens logiques entre vos pages et renvoyer vers celles qui peuvent avoir un intérêt SEO. L’erreur classique étant de renvoyer vers la page “contact” ce qui ne présente généralement aucune plus-value directe ou lien sémantique réel.

Conseil : liez vos pages en fonction de vos thématiques connexes et tentez de ne pas créer d’impasses.

Erreur SEO n° 10 : penser que le SEO n’a pas d’avenir !

Dernier élément, et non des moindres, puisqu’il s’agit d’une interrogation stratégique et non purement opérationnelle. Avec les évolutions constantes de Google, on peut être amené à penser qu’il n’est plus aussi intéressant qu’auparavant de miser sur une stratégie de référencement naturel.

En effet, le moteur de recherche devient de plus en plus moteur de réponse et à l’aide de résultats enrichis, il extrait directement des sites le contenu pertinent générant ainsi potentiellement une perte de trafic. Pire : les annonces Google Ads prennent de plus en plus de place avec les années et on peut donc imaginer qu’il ne s’agisse que d’une question de temps avant que les résultats naturels ne deviennent qu’un lointain souvenir.

Pour autant, cette théorie n’a en réalité rien de nouveau. Le SEO existe depuis aussi longtemps que les agences webmarketing, ou presque. Cela fait d’ailleurs l’objet de nombreux articles, tels que SEO : le référencement naturel n’est pas mort. Les intentions de recherche changent et la manière de faire du référencement naturel également. Il ne faut donc pas penser l’avenir du SEO sur les standards du passé.

Vous cherchez un logiciel de SEO ? Jetez un coup d’œil à la liste de Capterra des meilleurs logiciels d’optimisation des moteurs de recherche.


À propos de l’auteur

agence web digitaleMaxime Ben Bouaziz est spécialiste inbound marketing et growth hacking. Il accompagne des entreprises, startups, PME et grands comptes dans la définition de leurs stratégies digitales. Fondateur du média La Pousse Digitale il ambitionne d’offrir les clés d’un webmarketing efficace au travers d’articles et de dossiers de fonds.